↙ BARRE de NAVIGATION (tête & pied de page) ↘
OU UTILISEZ LE BANDEAU DEFILANT POUR NAVIGUER...
. . . . . . . . . . . Vous pouvez aussi choisir & cliquer directement parmi ces autres sujets qui tournent en boucle » Nos escapades varoises...» Marche aquatique côtière (MAC)... » A la découverte des châteaux Cathares en juin 2013 ...» W.E. de Pentecôte 2013 en Aveyron... » En Ardèche... » Dans le Quercy... » Autour de Ceillac... » Dans les Cévennes... » Autour de Rémuzat... Autour de Pralognan... » La transvosgienne... » Le Tour des Combins... » Le Grand Paradis en... » La Hte Tarentaise... Le (GR34) en Bretagne... » Le Chablais, les Vosges/Saônoises et le Valais... » Le Tour de l'Ubaye... » Les volcans cantaliens... » Le Mercantour Sud/Est... L'ascension du Mont-Blanc... » Tour de la Vanoise... » Chamonix & Zermatt... » Le pays d'Allevard... » Tour du Queyras... » Tour du Mont-Blanc... Le Dôme des Ecrins... » Les Htes-Pyrénées... » Les Pyrénées par J-C Labat... » Le sentier des statues en Suisse... » Le sentier des statues par Jacky... Recueil des diaporamas ... » Itinéraires sur mesure... » Carterie Ecards... » Musique de balade en ballade... » Au pays de la cigale... » Liens... » Les tourneurs de manivelle... Photos de Pascal K... » Photo de la semaine... » Vidéos 1... » Vidéos 2... » Trains de montagne... » Infos sport... » Mes récompenses... » Livres virtuels ... MERCI et bonne visite. . . . . . . . . . .. . . . . . . . .

Lire le récit de la préparation et de l'ascension...


    L'INTRO...




    Paccard et Balmat me montraient la voie... (photo ci-dessus) Mais de là à concrétiser, c'est une autre paire de manches. Je suis passé par bien des étapes, toutes aussi rocambolesques l'une que l'autre, pour enfin, lors d'un casse-croûte avec mon pote Maurice (on le retrouvera plus tard) se décider à le gravir ce sacré MONT-BLANC... Nous avions déjà l'un et l'autre pas mal d'expérience en la matière, mais !!! C'était un gros morceau qui se présentait à nous et comme nous sommes des gens prudents surtout avec la montagne , comme je le disais quelque part, " La montagne se gagne, elle mérite tout notre respect" nous devions choisir à la fois la méthode et la façon de s'y préparer
    C'est Maurice qui connaissait un peu Allibert qui se chargea de les contacter et, peu de temps après, nous savions à peu près tout sur ce qui nous attendrait 3 mois plus tard. Nous nous engageons donc avec ce prestataire et savons d'ores et déjà que cette ascension se fera à l'issue d'une acclimatation d'une semaine en passant par des étapes obligatoires pour y parvenir, à savoir stage d'initiation à la marche encordée, à la fois sur la neige et sur la glace... Tester également nos capacités à marcher avec un rythme soutenu et nos réactions dans une cordée ! Ensuite initiation à maîtriser l'appréhension du vide en faisant un peu de varappe avec l' assurage entre collègues, bref... Tout ce que nous savions en partie faire, mais restons modestes...
    Maintenant que nous savions ce qui nous attendait, nous devions nous mettre à niveau physiquement ; Ce fut relativement facile pour ce groupe de 6 copains dont l'âge allait à l'époque (en 2000) de 50 à 70 ans...
    La valeur ne recule pas devant les années. Nous étions tous aguerris et rompus à des marches d'enfer, mais le souci ne venant pas de là , mais plutôt de l'altitude... En effet peu d'entre nous n'avaient encore franchi 4000 m d'altitude et nous n'avions pas forcément de quoi faire dans nos Vosges et Jura voisins.
    En conséquence, nous avons progressivement effectué et franchi les étapes nous y conduisant, surtout en Suisse dans l'Oberland Bernois c'est la partie la plus proche de chez nous...Grindelwald et le Schwartzhorn furent donc le théâtre de notre entraînement... Vous vous rendez compte, tout ça au pied de "l'Orge" (L'Eiger, pour les initiés, non, non !!!! Nous ne l'avons pas gravi, je vous rassure, mais il veilla sur nous et notre forme).



    COMMENT S'EST PASSEE... Cette fameuse semaine d'acclimatation... Mais aussi le "reste" ?

    Enfin, le dimanche 16 juillet nous prenons la route avec armes et bagages pour nous rendre à l'hôtel des 2 Gares qui sera notre camps de base pour presque toute la semaine. Hôtel de très bon confort, nous apprécions à la fois la piscine et le hammam après les journées qui nous attendaient, et la cuisine familiale conviviale avec Jean-Pierre, le benjamin de l'équipe, mais aussi le bout en train ... Il déchantera par la suite...



    1er JOUR...



    Le lundi matin 1ère journée, le guide (Bertrand Brouta) vint nous retrouver à l'hôtel et nous voila partis pour la Mer de glace avec le petit train du Montenvers... Jean-Pierre, encore lui (directeur d'entreprise) n'arrêtait pas de recevoir des coups de portable, il était déjà inquiet avant de partir... Sa boîte n'allait pas pouvoir tourner sans lui ! ! ! J'ai failli lui balancer son "bigorneau" par la portière du taco... Rien n'y fit !!! Le stress toujours le stress ! ! ! Même avec les griffes aux pieds, il pensait encore à son job... Et les heures s'écoulaient...




    2 & 3ème JOURS...

    OBJECTIF des 2 jours suivants: Effectuer l'équivalent de la montée au Mont-Blanc pour arriver à 3800m c'est à dire 1000m en dessous du Mont -Blanc. Par le glacier de Tré-la-Tête avec nuit au refuge des conscrits. Nous avons fait la fête en arrivant, le gardien servait des grogs au génépi !!! J' vous dis pas la tronche des "gugus". Puis le lendemain, on monte aux Dômes de Miage toujours par le même glacier, au "col sans nom "(c'est son vrai nom) on bifurque à gauche dans une de ces grimpettes... En tendant les bras, on touchait la glace devant soi ! On en fait un petit bout et on rebrousse chemin, Jean-Pierre était mort de trac (ou de trouille) dans la descente ça traînait, Jo se désencorde et nous quitte au grand dam du guide (à juste titre) bref ça merde !! Nous rentrons de ces 2 jours un peu déçus, mais, bon, on en avait vu d'autres !




    4ème, 5ème & 6ème JOURS...

    Ecole d'escalade à Servoz (village voisin) Nous jouons les cabris jusqu'à midi, puis casse-croûte sur place, au soleil... Le panard... Après-midi détente et retour à l' hôtel... Piscine couverte, etc, la vie est belle... Mais c'est pas tout... Demain, c'est le grand jour....Nous voici dans le vif du sujet . . . Départ par le 1er petit train du matin devant l'hôtel, le samedi matin ; En cours de route, notre doyen 70 ans matte un p'tit vieux qui était assis à coté et lui dit: "Vous savez, j'ai 70 ans et je monte au Mont-Blanc" sans se démonter, le p’tit vieux de lui répondre "Vous êtes un gamin, j'en ai 80 et ça fait 10 fois que je fais l'ascension tout seul "Cloué" le Jacky... Il a fermé son bec jusqu'au nid d'aigle (sans jeu de mot). Arrivés à la gare à 2372m, on enfile les sacs et nous voila partis pour la 1ère journée... Objectif: Le refuge du Goûter 3818m soit 1446m de montée à se taper avec les griffes les sacs et tout...C/C à 11h30 à Tête Rousse, au soleil comme ceux de la photo (c'est pas nous), nous arrivons au fameux "Grand Couloir" , là, nous chaussons les casques et faisons comme tout le monde... Quelqu'un surveille que les cailloux ne tombent pas et nous traversons sans demander notre reste !!! et quelques encablures plus loin, ma fameuse ascension de l'Aiguille du Goûter commence par cordée de 3 "poilus". Je n'ose pas trop regarder en bas, tellement c'est raide, par moment 45° jusqu'à l'arrivée au refuge du Goûter, où nous arrivons vers 15h00 (n'hésite pas à passer en revue les photos du site) Embrassades, congratulations, le guide Jean-Pierre MAURIN (vous le retrouverez dans mes clichés vers la fin dans la page remerciements) est étonné de nos capacités il faut dire qu'il a une quinzaine d'années de moins ! Souper de bonne heure, couchés comme les poules... Chacun fabule sur ce qui l'attend demain ; Nuit agitée avec la tête un peu lourde ! Réveil 3h déjeuner rapide, tout le monde s'équipe, les grolles, les griffes, la corde, le piolet, les bâtons de marche, les gants, la frontale... Merde, elle marche plus... Je la triture dans tous les sens... Pas moyen, je l'aurais balancée par dessus bord tellement j'étais em..... Donc on décide que je change de place et me retrouve entre le guide et Maurice qui m'éclairera en même temps que lui... et nous voilà partis, nous passons à coté de tentes où des gars ont passé la nuit... ceux-là sont encore + fous que nous. Nous franchissons le Dôme du Goûter comme une fleur, le guide ne se retourne même pas, il a confiance, il sait que nous allons super bien et il a raison ! nous nous arrêtons pour boire un coup vers le refuge Vallot et aussi sec repartons avec le même rythme, nous passons comme des avions à coté des rochers de la Tournette et là, le vent est tellement puissant qu'il arrache la bride pendante de mon piolet fixé au sac, heureusement, je l'avais coincé dans la poignée du sac... quant à la bride, elle est partie chez les Italiens... La température a chuté terriblement, je dois mettre ma parka et les gros gants... On est passé de -4° au Goûter à -15° en l'espace de rien, ce qui explique que je n'ai pu prendre qu'une seule photo au sommet et mon appareil a gelé. Arrivés au sommet à 7h20. Nous ne traînons pas, le guide nous fait faire un tour d'horizon... portée 80 km à la ronde, c'est FA...BU...LEUX. Nous redescendons sans traîner en courant presque, nous croisons des retardataires qui montent sur les pointes avant des griffes... ceux-là sont sans guide pour les conseiller et je doute qu'ils parviennent au sommet. Nous apprendrons plus tard que seuls, quatre d'entre nous ont réussi... En effet, nous étions 6, mais 2 par cordée + le guide, ce qui faisait 3 cordées de 3 personnes, chaque cordée étant indépendante l'une de l'autre, de ce fait, nous ne nous sommes jamais marché sur les pieds ni même entr'aperçus, les 2/3 de l'ascension se faisant dans la nuit à la seule lumière de nos frontales (et moi à la bougie, souvenez-vous de ma panne) Je plaisante, mais j'ai vachement écarquillé les yeux pour y mieux voir. Jean-Pierre ayant déclaré forfait et Jo resté à Valot jusqu'au retour de sa cordée. Néanmoins, nous avons tous mérité ce spectacle inoubliable que nous a procuré le toit de l'Europe.

      6 commentaires:

      Maguy a dit…

      ouaaaaah quelle aventure que cette escalade du Mont-Blanc entre copains!!!je me suis arrêtée à la rencontre des 2 "anciens"de 70 et80 ans :ce passage est génial!!!!!!!!!Ils ont du punch tes copains Jean-Claudeje verrai la suite demain mais pour le moment J'ADORE;c'est vivant ,bien écrit BRAVO continue!!!
      Amicalement
      Maguy

      dimanche 9 avril 2006 02 h 35 IST

      J€@n-Cl@ud€ a dit…

      Message d'Emigré recopié du billet précédent, ici
      Emigré a dit...
      Pas mal ta vidéo. Par contre saviez-vous que le sommet du Mont Blanc est historiquement partagé entre l'Italie et la France et pas completement en France ?

      Et bien, c'est le moment de se renseigner quoi.

      Ciao
      http://frenchconspiracy.blogspot.com/

      Emigré

      vendredi, février 29, 2008 3:11:00 PM

      Jean-Claude R... a dit…

      Commentaire déplacé ici par le W.M
      At mardi, mars 11, 2008 11:30:00 PM, Bandit said...

      Enorme la vidéo, on a l'impression d'y être, sans la fatigue et les effets de l'altitude. Merci pour ce bon moment.

      Black Beauty a dit…

      Merci pour ce récit de l'ascension du majestueux Mont-Blanc, et pour les photos ;)
      ça serait mon rêve de la faire un jour...
      Mais je doute de pouvoir y arriver: j'ai le vertige, et oui, pas malin pour quelqu'un passionée de randonnées et de montagnes... En plus, je suis originaire du pays du Mont-Blanc, comme quoi, c'est souvent le cordonnier le plus mal chaussé...

      Mais bon, je continue à rêver grâce à des textes comme les votres ;)

      Anonyme a dit…

      Quelle splendeur, et si bien rendue, merci Jean-Claude, en attendant de m'y frotter :-)

      Françoise Vercellin

      Jean-Claude ®... a dit…

      Bonjour Françoise, merci à vous d'être venue me rendre visite ici, et moi de vous souhaiter bonne chance pour cette prochaine ascension, si j'ai bien compris.

      Enregistrer un commentaire